Gamification : qu’est-ce qui est fun ?

Post dans
L'accessoire utilisé dans le jeu doit être adapté à la thématique

L’accessoire utilisé dans le jeu doit être adapté à la thématique

Source : didac2b.wordpress.com 13 avril 2014

Je suis depuis maintenant trois semaines le Mooc sur le  « gamification design », proposé par Iversity et Victor Manrique. J’ai pris quelques notes sur le second cours, consacré à des questions plus psychologiques, et notamment : « qu’est-ce qui est fun ? Qu’est-ce qui donne envie de jouer ».

Les 43 choses que l’on trouve fun

Une ressource très intéressante provient de Jon Radoff. Il tient un blog sur le thème du jeu, et il a écrit  Game On où il présente 43 éléments qui apportent du fun, non seulement dans les jeux, mais aussi dans d’autres domaines où l’on utilise la gamification. La gamification consiste à utiliser des éléments du domaine du jeu dans un autre contexte. Ainsi, Twitter, Linkedin utilisent des profils, des indicateurs de progression, etc qui sont des éléments de gamification. Ces 43 éléments débordent donc le simple domaine du « jeu ».

Je n’ai repris que quelques items parmi les 43. Ainsi, le fait de trouver un trésor, c’est-à-dire quelque chose d’inattendu, une surprise, peut rendre ludique l’expérience… Ce sont par exemple les « oeufs de pâques » des programmes informatiques. La collecte d’éléments est un autre élément de gamification, le fait de développer une collection, par exemple.

Les indicateurs d’avancée sont maintenant indispensables, quelle que soit l’application sur internet, et les plateformes classiques les intègrent aussi. Pour l’apprenant/joueur, c’est une source d’information, mais aussi un challenge.

Jon Radoff explique que l’on peut intégrer du jeu dans une action, en passant par des rôles. Il en présente un certain nombre. De façon plus large, entendre une histoire, ou devoir en raconter une procède de la gamification…

La gamification passe aussi par la rencontre de personnes, et surtout les interactions, qui peuvent être de la collaboration, ou de la compétition, voire de la compétition par équipe, pour jouer sur les deux tableaux ! Par exemple, certains moocs utilisent les forums et les wikis pour nous faire travailler et interagir par petits groupes.

Je vous laisse découvrir le reste dans le schéma ci-dessous.

fundamentals

Il faut ajouter un élément important, que l’on retrouvera dans une seconde source. Un élément essentiel de nombreux jeux consiste en la découverte d’un monde, que l’on explore, et que l’on peut aussi customiser.

4 keys for fun

De façon plus lisible, Nicole Lazzaro propose 4 clés au « fun », thé 4 keys to fun. C’est davantage structuré, mais il me semble que Jon Radoff peut développer notre créativité, et qu’il est difficile de balayer du regard sa liste sans avoir quelques idées.

Le « easy fun » est lié à l’exploration, à la rencontre de surprises, à des activités de créativité.

Le « hard fun« , ne semble pas très « fun » à première vue. Il s’agit de challenge, de se fixer des objectifs difficiles, que l’on n’atteint qu’au prix de stratégie élaborée… La motivation est forte, on se prend au jeu, on n’y passe du temps ! Les échecs, les énigmes,… sont des activités de « hard fun ».

L’aspect « people fun » concerne les jeux où ce qui importe tient dans la relation qu’ils créent avec d’autres personnes. Collaboration, compétition, échanges de toutes sortes sont ce que l’on vient chercher dans ce type de jeux.

Enfin les personnes qui recherchent le « serious fun » veulent expérimenter des mondes, des expériences nouvelles. Ce qui importe, c’est ce que le joueur sent à l’intérieur de lui-même pendant le jeu.

fundamentals2

Une autre source pour introduire du jeu…

Enfin, pour introduire un peu de jeu dans les activités ordinaires, commerciales ou pédagogiques, Victor Manriquey propose … un jeu qui présente toute une série de possibilités. Suivez ce lien, c’est amusant !