Formation : la philosophie de l’accrobranche ?

Post dans

S’inspirer de l’accrobranche pour améliorer l’animation de formation…

Comme chaque été je profite des vacances pour emmener ma fille faire des activités ludiques en plein air pour développer des qualités qu’elles ne travaillent pas le reste de l’année.

L’accrobranche à ce titre est une activité très intéressante car elle permet :

  • De se concentrer sur un objectif ou chaque pas ou geste doivent être calculés et juste (sinon on décroche !)
  • De prendre sur soi dans certaines positions ou situations et de se surpasser en sortant de sa zone de confort
  • De faire quand même malgré ses appréhensions (en particulier la hauteur et le vide)
L'accrobranche est une activité où l'on sort de sa zone de confort : on doit se concentrer et se surpasser malgré ses appréhensions.

L’accrobranche est une activité où l’on sort de sa zone de confort : on doit se concentrer et se surpasser malgré ses appréhensions.

Ce qui m’a surtout interpellé pendant cette activité est la mécanique pédagogique et la philosophie de déroulement de l’accrobranche (car j’ai profité de mes moments en altitude relative, mais parfois à plus de 10 m du sol, pour réfléchir et prendre du recul)

Volontaire ou pas volontaire ?

Ce qui est amusant de constater c’est qu’il y a grosso modo 2 types de pratiquants :

Les premiers qui sont volontaires car ils aiment foncièrement les activités de ce type un peu extrême où l’on ressent des émotions fortes.

Les deuxièmes sont pris dans un groupe ou dans une dynamique et se sentent obliger de venir et de faire même s’ils ne l’on pas choisi (ils peuvent avoir peur : un peu ou beaucoup…)

Dans les 2 cas, il y a une forme de motivation qu’elle soit naturelle ou forcée

La préparation du circuit

C’est un acte essentiel car du sérieux et de la rigueur dépendent l’intérêt du circuit aérien et surtout la sécurité des participants (paramètre primordial : pour la petite histoire le circuit d’accrobranche dans lequel je suis allé a appelé 6 fois les pompiers en 2 mois d’été pour des accidents bénins par exemple comme des mains coincées entre une poulie et une partie métallique). Tout est pensé et étudié pour permettre l’évolution des participants en toute sécurité. Des circuits avec des niveaux de difficultés différents sont mis à disposition, ce qui permet de personnaliser la pratique en fonction des niveaux.

La phase d’apprentissage

Le participant est formé aux rudiments et aux fondamentaux de l’accrobranche sur un circuit simple avec peu de hauteur ou les principales situations sont simulées. Le moniteur explique d’abord avec des mots les bons gestes et bonnes pratiques puis ensuite montre comment faire et enfin s’assure que tous ont bien compris en faisant faire.

Les règles

Les règles sont simples et faciles à expliquer :

  • Les horaires sont définis
  • Le matériel est contrôlé ainsi que la bonne position des équipements sur chaque personne
  • Le nombre de personne par plateforme (maximum 3) et par agrès (maximum 2)
  • Le niveau de difficulté est affiché sur un panneau au début de chaque parcours (une taille minimum est indiquée pour les parcours les plus difficiles)

La pratique de l’accrobranche

Les participants progressent à leur propre rythme en toute autonomie et peuvent avancer seul ou à plusieurs. Ils décident qui passent en premier ou en dernier.

Une entraide naturelle se met en place, les moins téméraires s’appuient sur le savoir ou les conseils des plus agiles.

Les participants sont invités à pratiquer l’accrobranche en augmentant progressivement le niveau de difficulté.

On peut essayer plusieurs fois de passer sur un obstacle (répétition et auto apprentissage), si l’on n’y arrive pas on est encouragé par les autres participants.

Lorsque l’on ne sait pas comment franchir en obstacle on peut observer comment s’y prend la personne précédente (s’il y en a une !)

Les participants vivent des émotions et l’on entend assez fréquemment une extériorisation et une expression de ce qui est vécu ponctué par des cris : de peurs, de dépits, de victoire, de soulagement…

On évolue en toute autonomie, on observe les autres

On évolue en toute autonomie, on observe les autres en auto apprentissage et on vit des émotions fortes.

 

Les moniteurs sont en support

Les moniteurs ont un positionnement en dehors du terrain du jeu et ils y pénètrent que lorsque c’est nécessaire :

-Ils forment à la pratique de l’accobranche lors de la phase d’apprentissage

-Supervisent les opérations depuis le sol

-Ils rappellent les règles lorsqu’il y a transgression

-Interviennent verbalement pour aider une personne en difficulté puis si c’est insuffisant montent dans l’arbre pour sortir la personne concernée d’une position inconfortable

A la fin de journée, les moniteurs demandent nos impressions et instaurent un dialogue pour avoir un retour d’information et ils nous écoutent avec bienveillance.

Le moniteurs sont en support et aident verbalement ceux qui sont en difficultés et si besoin montent dans les arbres

Le moniteurs sont en support et aident verbalement ceux qui sont en difficultés et si besoin montent dans les arbres

En résumé, pour faire un parallèle avec l’organisation d’une formation en appliquant la philosophie de l’accrobranche:

1-Penser et préparer votre intervention en amont jusque dans les derniers détails qui répondent aux objectifs fixés par le cahier des charges.

2-Créer un climat de confiance et une ambiance favorable dés les premières minutes par motiver les stagiaires et leur donner envie d’apprendre et de progresser.

3-Définir des règles du jeu et les énoncer clairement.

4-Dans la progression pédagogique : dire, faire, faire faire et suivre

7-Positionner vous comme animateur, régulateur et intervenez quand vous êtes sollicité.

8-Prévoyer dans votre scénario pédagogique que les participants :

  • Eprouvent des émotions (pour ancrer les informations) positives ou négatives en fonction des objectifs à atteindre
  • Développent leur esprit d’initiative, l’autonomie et l’auto formation (répétitions)
  • Coopèrent et s’entraident  entre eux dans un collectif
  • Peuvent personnaliser les acquisitions en fonction de leur niveau
  • Sont valorisés quelque soit leur niveau ou progression

En fin de journée et fin de session, organiser une phase de débriefing en vous mettant en mode écoute afin de les faire parler dans un esprit d’amélioration continu du contenu.