Il n’y a pas de bonne maintenance sans une bonne formation des techniciens

Post dans

Pourquoi est-il urgent de former ?

Hélice

 

D’abord, un cas d’espèce : un lycée fait installer un nouveau système de chauffage et le technicien de maintenance suit une formation pour savoir entretenir et faire fonctionner le nouveau matériel. Passent quelques mois, le technicien est remplacé, et l’hiver arrive : pas de chauffage ! On accuse, à tort, la mauvaise conception de l’installation, mais la réalité est bien plus simple : le nouveau technicien n’était pas formé pour la nouvelle installation. Il avait donc déréglé l’ensemble et fini par la mettre en fonctionnement manuel !

De cet apologue, il faut retenir que la formation des techniciens de maintenance, loin d’être une absurdité réglementaire, est une nécessité économique : par opposition à l’entretien, qui consiste en une vérification régulière d’une installation ou en une intervention suite à une panne, la maintenance est une anticipation de la panne. Il faut donc que le technicien de maintenance ait une connaissance approfondie de l’installation particulière dont il a la charge car son travail n’est pas de la réparer mais de la maintenir en permanence au maximum de son potentiel de production.

Mais ce que l’exemple du lycée montre de façon criante, c’est la nécessité pour le technicien de maintenance d’avoir, non seulement une formation générale sur son domaine d’intervention, mais surtout une formation précise sur chaque modèle, chaque marque, des installations dont il s’occupe. Sinon, comment pourrait-il optimiser le fonctionnement de chaque système avec des réglages particuliers ? La maintenance, en tant qu’elle vise à l’optimisation d’une installation, nécessite une formation particulière à chaque installation. Et financer cette formation c’est donc investir dans la disponibilité de son outil de production

 

Qu’est-ce que bien former ?

Engrenage

Mais qu’est-ce qu’une bonne formation pour un technicien de maintenance ? Tout d’abord, il y a une partie technique, absolument indispensable. À la formation initiale, par exemple, (BEP, Bac Pro, BTS, DUT, etc.) on peut ajouter une formation spécialisée (Bac +3 à +6) dans le domaine voulu. Il est en tout cas essentiel de maintenir ses compétences au fait des derniers développements technologiques pour rester compétitif sur les derniers modèles. Enfin, le personnel de maintenance doit avoir les habilitations de sécurité (habilitation électrique, etc.) ; ceci, en plus de contribuer à la sécurité des techniciens, donnera une image de marque plus professionnelle de l’entreprise qui les envoie.

Cependant, même avec des techniciens extrêmement compétents, on peut perdre des marchés. Que faire pour maintenir sa différenciation ? Les techniciens de maintenance sont sur le terrain, au contact des clients, il serait donc judicieux qu’ils aient aussi suivi une formation plus commerciale pour apprendre à gérer la relation au client. Pour que la maintenance réponde aux attentes du client, il faut en effet que le technicien sache être à son écoute, qu’il en comprenne les demandes, en un mot qu’il ajoute à la compétence technique une compétence humaine. Pour l’entreprise c’est d’abord l’assurance que ses techniciens véhiculent une image professionnelle d’elle-même et ensuite la perspective d’une fidélisation de sa clientèle : ses clients ne chercheront plus « un » technicien, mais « leur » technicien.

De ces deux grands piliers qui constituent la bonne formation d’un technicien, on ne construit le plus souvent que le premier, et imparfaitement encore. Le financement de la formation est souvent vu comme une dépense, alors que pour une société d’exploitation d’installations industrielles, son véritable capital, son outil de production, ce sont ses techniciens. Et donc, leur payer des formations techniques et commerciales, c’est tout simplement investir dans l’amélioration qualitative de sa production.

Conclusion

La maintenance est une activité peu visible, c’est celle qu’on ne soupçonne pas quand elle produit ses résultats, car tout marche. Ce retrait du devant de la scène, ajouté à la dévalorisation structurelle des métiers manuels dans certains pays comme la France conduit à sous-estimer l’importance de l’humain dans le métier de la maintenance.

Un prestataire de services de maintenance doit donc construire des plans de formation pour ses techniciens, en incluant les volets technique et humain, et en fonction de ses objectifs particuliers et du marché qu’il vise. La formation étant un investissement, il faut lui donner des objectifs, et prévoir une stratégie de retour sur investissement.

michel-balan

Michel Balan Directeur des Opérations chez Amarexia (COO) – Conseil en Maintenance Multitechnique

https://www.linkedin.com/pulse/il-ny-pas-de-bonne-maintenance-sans-une-formation-des-michel-balan?trk=prof-post