Guérir de son handicap par l’apprentissage à la fondation AMIPI

Post dans

Dans les années soixante, Maurice et Maryse Vendre, parents d’un enfant atteint de trisomie, ne se satisfont pas des structures éducatives et professionnelles susceptibles de prendre en charge leur fils et refusent la ségrégation dont sont victimes, à l’époque dès leur plus jeune âge, les personnes dites « handicapées mentales ».

C’est en 1965 qu’ils créent l’AAMIPI : Association d’Aide Matérielle et Intellectuelle aux Personnes Inadaptées : ils sont convaincus, intuitivement, que gràce à  des apprentissages adaptés, il est possible d’aider ces personnes à développer leurs capacités cérébrales et à progresser dans l’acquisition de compétences. Leur souhait secret est de pouvoir insérer socialement, par l’exercice d’une activité professionnelle en milieu dit normal, leur fils pour qu’il ne soit pas dépendant après leur disparition.

Maurice et Maryse mènent ensemble des travaux pédagogiques et scientifiques pour démontrer les capacités d’évolution et d’adaptation de personnes en situation de handicap mental.

De 1980 à 2000 : ce sont les années de développement des ateliers protégés. Depuis 1985, le développement est orienté sur des activités de câblage électrique automobile en lien avec les bénéfices constatés en terme de neuroplasticité.

En 2005, l’état donne à l’association un statut de fondation reconnue d’utilité publique, sous la dénomination : FONDATION AMIPI – Bernard Vendre. Elle se dote d’un comité scientifique qui définit les orientations et veille à la réalisation de la mission de la fondation : réinsérer dans le monde ordinaire des Travailleurs Handicapés

Ce comité scientifique reflète l’exigence scientifique de la fondation et déploie son action sur l’hypothèse émise par son fondateur Maurice Vendre : la possibilité de l’évolution du système neuronal des déficients cognitifs par les apprentissages dans le travail.

Par la suite, la collaboration avec le CNRS et Eric KANDEL (Prix Nobel de médecine en 2000) confirme que le développement du réseau neuronale (création de nouvelles synapses) est favorisé par :

  • Des apprentissages répétitifs
  • Du travail manuel nécessitant de la dextérité des 2 mains
  • Des repères dans l’espace (travail de la mémoire visuelle)
  • Des repères de couleurs

AMIPI-1-RACPI

Le travail permet de reconnecté les synapses (car bouchés) et favorise le développement neuronal du cerveau.

La FONDATION AMIPI – Bernard Vendre est sous-traitant automobile de rang 1 pour Peugeot, Renault, fiat, Ford…mais aussi de rang 2 pour Faurecia par exemple. Elle vend ses produits avec l’entité commerciale SLAMI. La fondation comme tous les sous traitants automobile possède les Certifications ISO 9001 et ISO/TS 16 949.

Les concurrents sont principalement dans les pays de l’est ou en Asie.

La FONDATION AMIPI – Bernard Vendre livre de 35 à 40 millions de faisceaux/an, l’usine du Mans 5 à 10 000 faisceaux/jour.

Chez l’AMIPI, Il y a 2 profils de Travailleurs Handicapés :

  • Les TH nés avec un handicap
  • Les TH devenus handicapés suite à des accidents de voiture, une éducation inparfaite, un abandon, des enfants battus… le handicap vient d’un manque d’amour.

Les qualités intrinsèques des TH :

– La répétitive ne fait pas peur aux TH

– Le respect de la hiérarchie

– ils sont attentionnés aux aspects qualités

Des exemples d’entreprises qui emploient des Travailleurs handicapés : Décathlon, Michelin, ADIM cartonnage, LDC (8 personnes), biscuiterie Saint George, SOCAMAINE, Buffalo Grill, ONET, AREVA… sur des postes de caissières, magasiniers, opérateurs…par exemple.

Le trépied de la FONDATION AMIPI  Bernard Vendre :

Les apprentissages : l’objectif est de faire

L’industrie : travailler en collaboration avec les secteurs industriels

L’insertion : c’est la raison d’être de la fondation

La FONDATION AMIPI  Bernard Vendre se différencie des ateliers protégés et des ESAT (Etablissement Spécialisé d’Aide par le Travail) par sa philosophie :

  • Elle est contre l’assistanat !
  • Les encadrants sont issus de l’industrie (il n’y a pas de psychologues et d’éducateurs).
  • Les Travailleurs Handicapés sont considérés et managés comme des personnes sans handicaps.

En 2016, la FONDATION AMIPI – Bernard Vendre emploie dans 7 usines en région pays de la Loire et centre plus de 700 personnes en situation de handicap cognitif (Blois, Tours, Cholet, Angers, Nantes, Le mans : le site du Mans avec 120 personnes reconnues avec un handicap). Elle a à son actif plus de 1500 insertions réussies dans le milieu ordinaire.

AMIPI-2-RACPI

Depuis 2010, Le site du Mans de la FONDATION AMIPI – Bernard Vendre accueille régulièrement plusieurs groupe d’alternants de différentes écoles du Mans pour des exercices pratiques en atelier ou des mises en situations réelles.

C’est ainsi que des modules 5S, analyses ergonomiques, observations instantanées, analyse de déroulement… ont pu être mis en œuvre au profit de la fondation mais aussi des alternants qui peuvent se former dans un véritable atelier de production.

Ces échanges sont très bénéfiques pour toutes les parties car les alternants voient le handicap différemment : observer des travailleurs handicapés en action qui produisent et livrent des clients exigeants de l’automobile fait tomber des barrières mentales. Pour les TH c’est aussi très positif car des personnes extérieurs s’intéressent à leur travail et les écoutent. (ça prépare les TH a de futurs audits plus officiels et formels).

Sur le site du Mans, Quentin Lambert 30 ans est rentré à l’AMIPI comme agent de maitrise en 2007, puis très vite responsable de production et responsable d’usine. Il est aujourd’hui coordinateur des sites (équivalent de directeur industriel). Quentin a suivi une formation en alternance de responsable production du Cesi.

En France aujourd’hui plus de 420 000 personnes handicapées ne travaillent pas et sont rémunérées par pôle emploi ou survivent grâce à des indemnisations…